Combien coûte un refus de succession ?

cout succession

En cas de décès d’une personne, sa succession est transmise à ses bénéficiaires. Dans certains cas, une personne peut ne pas vouloir de cette succession et souhaiter la refuser par écrit. Ce processus peut être coûteux pour de nombreuses raisons et ne doit pas être pris à la légère

Qu’est-ce qu’une succession ?

Une succession est la transmission de l’héritage d’un défunt à ses héritiers. Cela signifie que tous les biens et droits d’une personne qui n’ont pas été cédés avant sa mort sont transmis à des personnes choisies par celui-ci (sauf contrat contraire).

Qui peut en hériter d’une succession ?

Les héritiers sont nommés par le défunt avant son décès. A la différence des co-acquéreurs, qui partagent un bien à l’achat, les héritiers ne co-hèrent pas leur héritage et chaque héritier reçoit une quote-part de la succession (appelée « lot »).

La succession est transmise aux héritiers suivants :

  • Les descendants (enfants)
  • Les ascendants (parents)
  • Si il n’y a plus d’ascendants ou de descendants,le est transmise au conjoint ou à la personne avec qui le défunt cohabitait au moment du décès. Il est possible de préciser lorsque vous êtes co-acquéreur que cela ne s’applique pas en cas de décès, ce qui peut être utile.

Les enfants dont les parents décèdent sans testament peuvent hériter de leurs biens s’il n’y a pas de beaux-enfants dans le lot, à moins qu’ils ne soient également des parents par le sang du défunt.

Y a-t-il une limite d’âge ?

Il ne semble pas y avoir de limite d’âge à laquelle une personne peut accepter un héritage. Cependant, il est important de comprendre que si vous avez moins de 18 ans, vos parents ou votre tuteur doivent signer tout document juridique en votre nom, à moins qu’ils ne vous aient donné une procuration de leur vivant.

Le coût du refus d’une succession

Une personne qui souhaite renoncer un héritage est généralement tenue d’accomplir les formalités légales nécessaires pour s’assurer que la succession est transmise correctement. Ces démarches coûtent du temps et de l’argent, mais si elles sont effectuées correctement, elles peuvent garantir que la succession sera transmise à l’héritier auquel elle était initialement destinée

La renonciation d’une succession engendre différents coûts :

  • Les frais de notaire (Ces frais varient en fonction de chaque région)
  • Les frais d’enregistrement à la Direction départementale des impôts
  • Les frais de justice (honoraires d’avocat)

Ces frais varient selon votre lieu de résidence en France et selon que votre testament est rédigé en français ou en anglais.

Comment refuser une succession ?

Il n’est pas possible de renoncer à une succession en France sans frais supplémentaires. Vous devez passer par une procédure officielle et désigner un exécuteur testamentaire. Une fois le testament déposé, vous pouvez renoncer à votre héritage et le laisser à quelqu’un d’autre

Que se passe-t-il si je ne fais rien ? Si vous ignorez la question de l’acceptation ou du refus d’une succession, cela peut entraîner des complications juridiques par la suite . Il est souvent préférable pour toutes les parties concernées de prendre une décision le plus tôt possible avant que des litiges en matière d’héritage ne surviennent.

Que se passe-t-il si la succession est refusée ?

Si vous renoncez à un héritage, il revient au parent le plus proche. Si personne n’est disponible ou n’est disposé à accepter l’héritage, il sera remis à l’État.

Il est important pour chaque personne d’envisager tous les aspects du refus d’une succession avant de prendre une décision. Pour plus d’informations sur la décision de refuser ou non un héritage, parlez-en à votre avocat. Il pourra vous conseiller sur les mesures à prendre en fonction de votre situation particulière

Alternatives au refus de succession

Si vous souhaitez éviter les coûts liés au refus d’une succession, il existe une autre option. Vous pouvez faire don de votre héritage à une organisation caritative au lieu de l’accepter vous-même. De cette façon, l’argent va là où vous voulez qu’il aille et vous n’avez pas à payer d’impôts sur ce don. Pour plus d’informations sur les donations caritatives en France, consultez votre avocat ou votre comptable

Refuser la succession – Droit et définition juridique

Il y a renonciation d’héritage lorsqu’une personne à qui un bien a été légué n’accepte pas le don pour une raison quelconque. Ce refus doit être formulé par écrit. Aucune action ne sera engagée tant que l’homologation n’aura pas eu lieu ; ainsi, le refus n’est effectif que s’il est placé par un représentant personnel au moment du décès ou après une déchéance ou une incapacité.

refuser heritageAvantages et inconvénients du refus d’une succession

Avantages

Le principal avantage du refus d’une succession est d’éviter d’avoir à payer des impôts sur la donation. En outre, en refusant une donation, vous évitez les dépenses liées à son acceptation et à son administration ultérieure. Vous pouvez également choisir de faire don de votre héritage ou de le léguer à quelqu’un d’autre, par exemple à une organisation caritative.

Inconvénients

Le principal inconvénient du refus d’une succession est que les membres de votre famille peuvent ne pas être en mesure d’hériter de vous s’ils sont étroitement liés à la personne qui vous a fait un cadeau. S’il n’y a pas d’autres héritiers, les biens retournent dans la succession du défunt et font partie de son patrimoine testamentaire qui peut alors revenir à quelqu’un d’autre.

Pour conclure, refuser ou non la donation est une décision que vous seul pouvez prendre. Si vous décidez de la refuser, il est important que vous examiniez attentivement les conséquences de votre choix. Pour plus d’informations sur l’acceptation ou le refus d’une succession en France, nous vous suggérons de vous renseigner auprès d’un professionnel du droit.